Vous êtes ici : Accueil > Archives > 2011 - 2012 > Pour qu’un élève reste égal à un élève
Publié : 21 septembre 2014

Pour qu’un élève reste égal à un élève

Contrairement à ce que veulent nous faire croire les médias, robin des bois n’est pas mort, il est juste endormi et peut être réveillé à tout moment, alors, ci-dessous, un petit rappel des conséquences potentielles s’il se réveille.
Petite explication :
Avec ce décret, les écoles de la communauté française sont classées sur une échelle de 1 à 20, « 1 » étant la classe attribuée aux écoles dites « moins favorisées » et 20 étant la classe attribuée aux écoles dites « les plus favorisées ».
Ce classement est donc établi sur base d’une moyenne, pour tous les enfants qui fréquentent une école, et est calculé sur base des critères suivants :
-  revenu par habitant
-  niveau de diplôme des parents
-  activité professionnelle
-  confort du logement
-  la moyenne du quartier d’origine dont est issu l’élève

Conséquences pour les enfants si Robin des Bois voit le jour.
-  pertes d’emploi et donc suppression de cours tels que remédiation, néerlandais, informatique, regroupement de classes … Mais les enfants ont tous besoin de ce style de cours et de classes de taille raisonnable, quel que soit leur niveau socio-économique !
-  classes plus nombreuses (si RDB n’avait pas été anesthésié, certaines école auraient pu comporter une ou des classes de plus de 35 36 élèves) et donc enseignement moins performant
-  les enfants gardent sur le dos, jusqu’en en secondaire, l’étiquette correspondant à la classe de leur école d’origine
-  la diminution du budget et du nombre d’heures de cours devra être compensée …. par les parents ? C’est illégal !

Alors, si l’avenir de vos enfants vous tient à cœur – et nous n’en doutons pas – mobilisez vous et montrez au monde politique que ce nivellement par le bas ne vous convient pas.